Berviller-en-Moselle

Berviller est situé à 8,5 km au sud-est de Bouzonville tout contre la frontière de la Sarre. Le ban communal est limité au Nord par la commune de Villing et la commune allemande de Ittersdorf, à l’Ouest par la commune de Rémering, au Sud par la commune de Merten et à l’Est par la commune allemande de Berus.

Le village est niché dans une petite vallée s’ouvrant vers l’Ouest et traversé d’Est en Ouest par la « Weissbach », ruisseau qui s’unit à la sortie de la vallée à la « Dorrbach » avant de continuer son cours en direction du Sud sous le nom de « Berweillerbach ».
Le cœur du village s’étire le long de la « Weissbach » entre 260 et 280 m d’altitude.

La première mention écrite du village date de 1293, sous la forme Berwure, qui pourrait provenir du nom d'homme germanique Bero avec le suffixe villa, transformé par la suite en weiler. Mais il est plus probable que par opposition aux communes du Warnt qui se trouvent à une altitude moins élevée avec un sol sablonneux: "le griis" et Berviller qui fait la transition entre le sable et le calcaire "le gau" qui est une couche géologique qui se trouve surélevé par rapport au sable du bassin houiller. En associant berg et Villa cela donne Bergvilla. Le "g" aurait simplement disparu au fil du temps. D’ailleurs en 1625 on appelait le village Berscheweiler "Berg" se prononçant Bersch en francique mosellan. "Villa" étant simplement l’appellation romaine d’une habitation. "Viller" se prononçant "villa" en francique mosellan.
La commune s'est choisie des armoiries portant deux roses d'argent et une étoile de même, pour rappeler la famille d'Ahr qui possédait la seigneurie, en y ajoutant la bêche de saint Fiacre, patron de la paroisse. Au plus loin qu'il est possible de remonter, Berviller fait partie des fiefs du duché de Lorraine, d'abord dans l'office de Berus, puis dans la prévôté de Bouzonville. La propriété foncière était au seigneur de Metternich de Château-Rouge en 1611, puis aux barons de Hausen et d'Ahr en 1681. Enfin, lors de la Révolution française, Nicolas de Lasalle, seigneur de Merten, se revendique également seigneur de Berviller4.    
                                                                       
Parmi les activités des habitants, il est intéressant de citer une exploitation de minerai de fer, mentionnée à partir de la Révolution. Il s'agissait d'une exploitation à ciel ouvert par de petits puits, permettant d'extraire du fer en dragées dont on récoltait environ 1000 quintaux par an. Il était destiné à la fonte de moulage. Plus tard, une mine en galerie est exploitée sous les communes de Berviller, Tromborn et Rémering ; une dizaine de galeries emploient alors vingt à vingt-quatre mineurs. Un tuilier et deux cloutiers ont également exercé dans le village.
La commune comptait aussi deux moulins. Le plus ancien, celui de Felschling, était le moulin banal pour les habitants de Berviller ; reconstruit après la guerre de Trente Ans, il dépend de la seigneurie d'Ahr et d'Hausen. Dans un extrait de « Unsere Heimat » Mitteilungsblatt des Landkreises Saarlouis für Kultur und Landschaft. 13. und 15. Jahrgang, Hefte Nr ½, 1988-3, 1989-1, 1990-3, 1990, on peut traduire ceci: "En 1572 Ehrard Ölschleger mentionne un moulin entre Berviller et Rémering sur un inventaire des biens de la comtesse Anna von Isenburg, châtelaine de Berus, ce qui ne peut correspondre qu’à un moulin de Felschling". Ce dernier se trouvant à moins de vingt mètres au nord-est du bâtiment du moulin de Felschling construit en 1737 car des fondations ont été découvertes plus près de la rivière.
Le Moulin-Neuf ou Weissbachmühle ne date que du début du XIXe siècle et est construit par Antoine Schidler. En 1812, la statistique industrielle de la Moselle parle de trois moulins à Berviller, mais il est probable qu'on comptait aussi un moulin à huile. Ce dernier, situé à l'extrémité du village sur le chemin de la chapelle Sainte-Oranne, est construit en 1825 par Mathias Folschweiller et Maria Kuhn. On peut admirer l'entrée de la maison, chapeautée d'un magnifique linteau. On comptait au XIXe siècle pas moins de 300 ou 400 noyers dans les vergers de Berviller. Il doit en rester une trentaine de nos jours. C'est après la Seconde Guerre mondiale que Victor Bur et son épouse Catherine Schmitt acquirent la bâtisse qui, depuis longtemps, avait cessé toute activité huilière5.
                

                                                                            
Mme le Maire : THIEL Christine
Coordonnées de la mairie :
•    1 rue principale 57550 BERVILLER-EN-MOSELLE
•    Téléphone : 03.87.57.05.20
•    Fax : 09.65.03.12.53
•    Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Horaires d’ouverture :
•    Lundi de 8h à 12h et de 14h à 18h
•    Mardi de 8h à 12h
•    Jeudi de 8h à 12h et de 14h à 17h
•    Vendredi de 8h à 12h

Permanences :
•    Lundi de 10h à 11h et de 16h à 18h
•    Jeudi de 10h à 11h et de 16h à 17h

DSC7404
DSC7411
DSC7410
DSC7409
DSC7408
Catégorie parente: Pays Boulageois

Agenda des associations

Octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Courrier du Pays Boulageois

Retrouvez ici en téléchargement l'ensemble des numéros du Courrier du Pays Boulageois, la lettre d'information de la Communauté de communes :

NOUS CONTACTER !

Communauté de communes
de la Houve et
du Pays Boulageois


29A rue de Sarrelouis
57 220 BOULAY

Tél. : 03 87 79 52 90
Fax : 03 87 79 57 24

contact@cchpb.net